Hangar 15

Hangar 15

Découvrez le Hangar 15, immense hangar qui a accueilli les géants du Royal de Luxe lors de leur venue au Havre en juillet dernier mais aussi par exemple les répétitions de la cérémonie d’ouverture des 500 ans de la ville.

Jardins de la Sous Préfecture

• La loi du 2 juillet 1852 en prononçant enfin la suppression des fortifications du Havre, permit de créer le boulevard Impérial (aujourd’hui boulevard de Strasbourg) inauguré par Napoléon III et l’impératrice Eugénie le 5 août 1857 et la construction des principaux bâtiments du Havre (le nouvel hôtel de ville en 1859, la sous-préfecture en 1860, les casernes en 1870, le palais de justice en 1876, la bourse en 1878 et le théâtre cirque en 1887).

• La Sous-préfecture occupe un hôtel construit en 1859, pour remplacer l’ancienne Sous-préfecture implantée dans le quartier Saint-François.

• Inaugurée le 6 août 1860, la sous-préfecture, de style Louis XIII (architecte : Louis Lemaitre), fut construite par le département et fut jugée en son temps « assez mesquine ». Elle est cependant l’un des rares monuments que la dernière guerre a épargné, ce qui lui permit, à la Libération, le 7 octobre 1944, de recevoir le Général de Gaulle qui prononça, sur le perron, une allocution « simple et humaine » devant la foule des Havrais venus l’accueillir.

• Nommé par décret du président de la république, le sous-préfet, dans l’arrondissement du Havre et au nom du préfet de la Seine-Maritime, veille au respect des lois et règlements, coordonne l’action des services de l’Etat, participe au développement, notamment social et économique, assure la concertation avec les élus.

• Depuis 1800, 84 sous-préfets se sont succédés. Actuellement, le 85ème M. François LOBIT a été nommé sous-préfet du Havre depuis le 1er septembre 2015.

Le Carré des Docks

  • Le Carré des Docks été inauguré fin 2016, en lieu et place des anciens «Docks Café».
  • C’est un projet de restructuration mené par les architectes Paul Andreu et Thomas Richez : Il symbolise l’image de renouveau et de modernité de la place havraise.
  • Il dispose d’un équipement adapté, moderne et idéalement situé.
    • Un auditorium de 2.100 places dédié aux congrès et aux spectacles.
    • Un auditorium de 350 places.
    • 11 salles de réunions.
    • Une surface d’exposition de plus de 7000 m2.
    • Des espaces réceptifs de plus de 900 m2.

L’Altoviseur

Voilà ce que le plasticien Julien Berthier dit de cet Altoviseur qu’il a placé sur le toit de la gare et qui renvoie au piéton la skyline de la ville : « Il y a une convention cinématographique qui consiste à commencer un film par une vue aérienne. Ce plan place le décor de l’action à venir […] mais influence également notre approche de la psychologie des personnages […]. L’Altoviseur […] proposera de remplir cette fonction d’introduction au décor et aux fictions qui l’animent. »

(c) L’Altoviseur © Julien Berthier, ADAGP Paris 2017 – Courtesy Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois, Paris – Photo : Erik Levilly – Ville du Havre

Hangar 12 – Comité des fêtes

  • Le Corsiflor permet tous les ans d’égayer le quotidien des habitants de la ville du Havre grâce à plusieurs centaines de bénévoles qui oeuvrent dans la confection de fleurs en papier aussi bien en papier (pour les chars) que naturelles (pour la décoration des voitures des Miss ainsi que des Mamies).
  • Il faut compter plus de 621 000 fleurs naturelles et en papier de soie, plusieurs mois de travail bénévole qui débute parfois très tôt (aux environs du mois d’octobre de l’année précédente).EMO
  • Cette année le Corsiflor était animé par 10 groupes de musique aussi colorés que variés, 3 troupes de danse havraises mais surtout 16 chars fleuris aux « couleurs » des 500 ans du Havre et salué par plus de 50000 spectateurs !
  • Ces derniers prennent vie, tous les ans, dans le Hangar 12 – quai Pierre Callet – grâce aux membres du Comité des Fêtes du Havre ainsi que ceux des Comités de quartier constructeurs de chars.

Oeuvre Catène de Containers

Au bout de la rue de Paris, sur le site du « Grand quai », l’artiste Vincent Ganivet a élevé deux arches monumentales faites de containers multicolores. Par le recours à la technique de la chaînette ou catène, utilisée notamment par Antoni Gaudi, l’architecture fait émerger l’arrondi du carré. Habituellement bien en rang sur les cargos, bien empilés sur les quais, les voilà sens dessus dessous. Comme pris d’un désir fou de liberté.

(c) Catène de containers © vincentganivet.fr, ADAGP Paris 2017 – Photo : Philippe Bréard – Ville du Havre

UP#3

La Porte Océane, ensemble emblématique de la reconstruction du Havre, a été dessinée par Auguste Perret et achevée en 1956. Ses deux tours symétriques, de part et d’autre de l’avenue Foch, forment une ouverture sur la mer. Jouant avec cette perspective, les artistes Sabina Lang et Daniel Baumann ont apposé une structure blanche rectangulaire dans l’axe des immeubles, sur la plage. La sculpture émerge des galets comme un immense portique se découpant sur l‘horizon. Monumentale et élégante, l’œuvre d’un blanc éclatant sait trouver le point d’équilibre entre objet usuel et OVNI, ajout fonctionnel et construction de l’absurde.

© L/B – UP#3 – 2017 – Courtesy of the artists and Galerie Loevenbruck, Paris

Oeuvre Love Love

« Le Love Love est […] un naufrage permanent. L’image figée d’un bateau dans les dernières secondes avant sa définitive disparition. Pourtant ce bateau ne coule pas, et la suspension de ce moment insinue un doute sur le drame qui se joue. […] À y regarder de plus près, il est aussi un objet de plaisance fonctionnel et sûr […] Le Love Love est donc une image et son contraire. […] Une image qui se propose de complexifier le réel plutôt que de le simplifier. » Julien Berthier

(c) Love Love – 2007 – collection particulière © Julien Berthier, ADAGP Paris 2017 – Courtesy Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois, Paris

Oeuvre Jardins Fantomes

En 1517, François Ier fait transformer une crique marécageuse en premier bassin d’un port fortifié qui deviendra bientôt une ville. 500 ans plus tard, l’artiste Baptiste Debombourg s’est inspiré des riches motifs qui décorent la chambre du roi dans le château de Blois pour façonner une structure en acier, qu’il a fixée aux parois du Bassin du Roy. Au gré des marées, algues et coquillages s’y accrochent, révélant les motifs royaux et leurs richesses.

(c) Jardins Fantômes © Baptiste Debombourg, ADAGP Paris 2017 – Courtesy Galerie Patricia Dorfmann

Oeuvre Impact

Impact consiste en deux forts jets d’eau qui jaillissent par intermittence et se rencontrent dans une tension chaotique. Il est question d’énergie. Il est question de puissance. Il est question d’une rencontre, forte et fragile, toujours en mouvement. Installée dans le bassin du Commerce, qui a inspiré l’orientation de la trame urbaine du plan de reconstruction en 1946, l’œuvre du plasticien Stéphane Thidet se déclenche toutes les heures et voit son aspect varier selon les marées.

(c) Impact – 2017 © Stéphane Thidet – Courtesy Galerie Aline Vidal – Photo : Edouard Zeitoun

Page 1 sur 3123